Mantes à Rouen

28 Juin 2017

Le mardi 30 mai 2017, l'antenne de Mantes est partie à la découverte du vieux Rouen. Notre guide nous a retrouvés au restaurant La Petit Jeanne, où nous avons déjeuné.

Nous avons commencé par la visite de la Cathédrale, où nous avons pu toucher la maquette, tout en écoutant les explications du guide.

Nous avons continué en prenant la rue du Gros Horloge.

Le Gros-Horloge est l'un des monuments emblématiques de la ville de Rouen. La construction, accolée à un beffroi, est constituée d'une arche Renaissance enjambant la rue du Gros Horloge surmontée d'une horloge astronomique du XIVe siècle.

La vieille ville de Rouen reste le plus riche témoignage de l’architecture à pans de bois en Normandie. Les plus anciennes maisons, une centaine, sont antérieures au XVI siècle, certaines datant même du XIV siècle, voire antérieurement. Elles sont reconnaissables à leur structure en encorbellement, interdite en 1520 à cause de son rôle supposé dans la propagation des incendies et du rôle attribué au mauvais air dans la propagation de la peste.

Nous avons terminé par la place du Vieux-Marché, située à l'extrémité ouest de la rue du Gros-Horloge. La renommée de la place est liée au supplice de Jeanne d'Arc qui y fut brûlée vive le 30 mai 1431.

L'Eglise Ste Jeanne d'Arc y fut édifiée en 1979. Cette église à l'architecture audacieuse et contestée permet d'admirer les vitraux de l'ancienne église Saint-Vincent, située jadis en bas de la rue Jeanne d'Arc et détruite en 1944.

Une croix a été dressée à côté de l'emplacement du bûcher, comme il avait été stipulé lors du procès d'annulation (dit « de réhabilitation ») en 1456. Cette croix a valeur de monument national d'hommage à Jeanne d'Arc, érigé conformément à la loi du 10 juillet 1920 instituant un fête nationale de Jeanne d'Arc, dont l'article 3 précise : « Il sera élevé en l'honneur de Jeanne d'Arc, sur la place de Rouen, où elle a été brûlée vive, un monument avec une inscription : À Jeanne d'Arc LE PEUPLE FRANÇAIS RECONNAISSANT.