Le parc du chateau de St Germain en relief

12 Juin 2018

Des plans du parc en relief, élaborés grâce à la générosité du Crédit Agricole de Saint Germain et à la compétence de Géraldine de l’imprimerie AVH, les commentaires passionnés et passionnants du jardinier en chef du château, un beau soleil au rendez-vous, tels furent les ingrédients de la visite extrêmement enrichissante, organisée par Michèle P, pour les membres de notre antenne.

Suite à un appel à projets lancé par le Crédit Agricole de Saint Germain en décembre dernier, notre projet de plans en relief facilitant la navigation et l’orientation dans des lieux culturels, a été retenu. Un chèque de 500 euros nous a été remis gracieusement le 19 mai.

 La coopération avec Géraldine de l’imprimerie AVH a alors commencé. Il fallait simplifier le plan aérien à partir duquel elle travaillait, et en sélectionner les éléments structurants. Bien souvent, ceux-ci ne sont pas les mêmes pour un déficient visuel que pour un voyant. Couleurs contrastées pour les malvoyants, reliefs et textures différenciés pour les non-voyants, légendes en noir et en braille, sont autant d’éléments qui facilitent la compréhension et l’orientation. C’est ainsi que, munis de nos plans en relief, nous avons déambulé tout l’après-midi dans le parc du château et sur la terrasse de Lenôtre en compagnie du jardinier en chef. Une visite incroyablement enrichissante, qui nous a fait comprendre à quel point tout était pensé et lié. Comment le passé et l’arrivée du train continue d’impacter le présent. Comment des arbres achetés à l’étranger sont choisis en fonction de l’orientation qu’ils auront une fois replantés. Comment branches et herbes, une fois transformés en compost seront ensuite étalés tel un matelas au pied des arbres, empêchant le sol de se compacter sous les pieds des visiteurs et à long terme, de faire mourir les arbres. Comment une partie des prairies n’est pas fauchée afin de favoriser le retour des insectes et en particulier des abeilles. Comment l’introduction de poneys utilisés comme attraction, mais aussi pour la tonte de l’herbe et le compost, a aussi pour objectif à plus ou moins long terme, de permettre à des aveugles de se promener en forêt, sur des sentiers dédiés, en complète autonomie, simplement guidés par ces animaux. Bref, les prises de conscience et les questions ont été nombreuses face à la réflexion écologique qui sous-tend tous les projets d’entretien du parc. Nous sommes bien loin de l’époque de Louis XIV où le parc ne comptait ni bosquets ni parterres de fleurs et où celui-ci avait demandé à son jardinier de reproduire ses pas de danse en jouant avec la couleur de matériaux tels que l’ardoise, la tuile et le calcaire…

Un très grand merci à tous et tout particulièrement à Monsieur Becquer !